Return to site

10/10 Quoi en conclure ?

Les conséquences de la sur-stimulation sur le chien de compagnie

Nous avons discuté du terme "sur-stimulation" et de ses conséquences possibles. Un questionnaire m’a permis de me poser certaines questions mais il a ouvert le champ à bien d'autres encore.

La perception de stimuli est différente pour chaque individu (Umwelt, selon Jakob von Uexküll ), ce qui invariablement induit un seuil d'excitabilité propre également. Je me suis intéressée à l'effet des stimuli liés à la relation humain-chien comme hypothèse à la sur-stimulation. Il semble y avoir un effet d'intensité ou d'excès qui sera vécu différemment par chaque chien.

Il pourrait y avoir une tendance à plus de comportements d'agitation si le temps de jeu avec le propriétaire est supérieur à 46 minutes et lorsque les promenades sont supérieures à 2h. Mais est-ce que ce ne serait pas parce le chien à une particularité que les propriétaires le sorte autant de temps ? Nous n'avons pas mis en évidence d'hyperexcitabilité suite à un temps de jeu important, et à un temps de promenade élevé. Nous avons pu voir que les termes employés par les propriétaires sont très subjectifs et qu'il est donc difficile de conclure comme par exemple avec le terme "joyeux" qui est discutable.

Nos hypothèses sur les conséquences négatives d'une sur-stimulation sont amoindries avec les effets positifs potentiels remarqués. De ce fait nous pouvons penser que tout dépend de l'animal, comment il perçoit son milieu de vie et le binôme qu'il forme avec sa famille.

Par la suite il serait également intéressant de s'intéresser aux stimuli liés à l'environnement, qui sollicitent énormément nos récepteurs sensoriels lorsqu'on est peu familiarisé (exemple des individus ayant un seuil homéostasique bas). Lorsqu'on parle de sur-stimulation, ne confondons-nous pas les limites de ces individus (inconfort et peur) qui sont basses avec l'addiction "à l'activité physique" que peuvent avoir certains chiens ? L'hyper-excitation est souvent l'expression d'une incompréhension entre l'Homme et le chien et parfois de mal-être de l'animal dans des contextes particuliers. Certains chiens étant très sensibles (seuil sensoriel bas), ils ne peuvent pas toujours s'adapter à tous les environnements auxquelles les humains les confrontent.

L'éducateur - comportementaliste est donc là pour aider les foyers qui ont des chiens moins adaptables et/ou "hyperactif", à mieux comprendre leur animal pour mieux répondre à leurs besoins et alors améliorer cette adaptabilité jusqu'au plus haut niveau pour cet animal. Ainsi les exercices de travail sont personnalisés.

Enfin il serait intéressant d'approfondir avec un scientifique le sujet des circuits de l'addiction pour mieux conseiller les propriétaires.

Je suis ravie d'avoir partagé ses informations avec le plus grand nombre et j'espère contribuer à vous faire avancer dans vos réflexions.

Voici le sommaire des 10 posts :

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly